Carnet de voyage : le parc Kruger

Après notre safari matinal dans la réserve Karongwe, nous sommes partis pour le Parc Kruger.

Compter environ 3h de route. Il est possible d’entrer dans le parc par plusieurs « gates », à vous de voir celle qui vous arrange ! Toutefois, faire bien attention aux horaires : les entrées ferment entre 17h30 et 18H30 selon les mois, pensez à calculer !

Notre camp, le PretoriusKop, se composait d’une trentaine de bungalows de tailles différentes, à 10 minutes de la Numbi Gate. Contrairement au lodge, où tout était inclus, nous étions en totale autonomie ; cela ressemblait davantage à un camping, avec le barbecue sur la terrasse et l’épicerie pour faire ses courses. Les safaris ne sont pas compris et je vous conseille de les réserver à l’avance pour être sûrs d’avoir des places !

Le dépaysement est garanti dès l’entrée dans le Krüger, puisque nous avons croisé zèbres et girafes durant les premiers kilomètres.

Si nous étions 6/7 dans les voitures dans le lodge, les voitures du camp étaient plus grosses, pouvant contenir jusqu’à une vingtaine de personnes. Il est donc plus difficile d’aller dans les petits chemins. Cependant, la réussite de la visite tient vraiment, outre la chance, au ranger. Nous avons eu une sortie exceptionnelle en fin d’après-midi, où nous avons eu la chance d’assister à des interactions entre les animaux.

C’était très surprenant, il faudrait presque une analyse d’anthropologue !!! Nous avons par exemple vu, successivement une nursery de hyènes, avec de minuscules bébés, gardés par une « nurse » qui jouait avec eux pendant que les parents chassaient, puis un peu plus loin un joli léopard à la fourrure tachée de sang, assis, seul, qui avait l’air maussade, pendant que de l’autre côté du chemin les parents hyènes dévoraient la proie que lui le léopard avait tuée !

Plus loin, un point d’eau où une dizaine d’animaux très différents vivaient, buvaient, jouaient en bonne intelligence, ou encore un troupeau de buffles bloquant la route… Stupéfiant.

Les visites du matin étaient aussi très sympa mais, si vous ne pouvez en faire qu’une, je vous conseille plutôt celle du soir. En effet, celles du camp partaient à 5h du matin. Or, à part des hyènes, nous n’avons croisé aucun animal jusqu’à 6h30 environ. De plus, pensez à vous couvrir car il fait très, très froid à l’aube à cette période de l’année.

J’aurai, en tout, fait 5 safaris - 2 dans le lodge et 3 au camp - très différents mais qui ont permis, assemblés, de voir pratiquement toutes les espèces existant dans cette partie du monde.

 

 Je ne me suis jamais sentie en danger durant les sorties. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les animaux ne sont pas du tout agressifs et n’hésitent pas à marcher devant la voiture, d'un pas calme, comme ce fut le cas avec les éléphants. Dans tous les cas, les rangers connaissent parfaitement leurs comportements et réagiraient en cas de problème.

Il est possible de se balader sans rangers et avec sa voiture sur les pistes balisées, ce que nous avons fait et nous avons, encore une fois, eu beaucoup de chance, en croisant par exemple cette famille de buffles sur la route, un guépard au détour d’un virage et un rhinocéros paisible.

Bien sûr, il est primordial de respecter les mesures de sécurité, comme par exemple ne pas faire de bruit (on oublie la musique à fond), ne pas descendre de la voiture ou ouvrir les fenêtres, ne surtout pas essayer de « poursuivre » un animal ou d’approcher trop en voiture s’il y a des bébés… En respectant ces règles de bon sens, vous en prendrez plein les yeux en toute sécurité.

 

Vous l’aurez compris, je reviens enchantée de mon séjour dans le Krüger.

Il est temps pour moi de me diriger vers l’aéroport de la réserve, direction une nouvelle ville, bien au sud !

Partager

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

 

Mode, montres, bijoux, voyages… Nous vous indiquons la tendance, vous n'aurez plus qu'à trouver votre style. 

Abonnez-vous

Suivez-nous